AFDP Ufologie

Bonjour !
AFDP n'est plus un forum actif.
Nous laissons néanmoins les sujets en consultations pour les membres qui s'étaient inscrits.
Merci de votre compréhension.
PG

Forum de discussion autour de l'ufologie. Ici le débat avant tout !


    Coral Lorenz /APRO

    Partagez
    avatar
    Pomme golden
    Admin Pro HET Morne plaine elle est foutue!!
    Admin Pro HET Morne plaine elle est foutue!!

    Féminin
    Nombre de messages : 2213
    Age : 40
    Humeur : A essuyé une tempête dans un verre d'eau sans bouée canard!!
    Date d'inscription : 01/06/2008

    Question Coral Lorenz /APRO

    Message par Pomme golden le Lun 2 Juin - 10:33

    Coral Lorenz /APRO



    Lieu de naissance : Hillsdale le Wisconsin Etats-Unis
    Date de naissance : 2 avril 1925

    Coral Lorenzen graduated high school in 1941 and had a number of jobs including proofreader, newspaper writer & reporter, lathe machinist and shipfitter during the second world war and a Project Mission Reporter at Hollowman AFB in New Mexico USA. In 1952 she and her husband Jim Lorenzen (below) founded the Aerial Phenomena Research Organization (APRO). Together they share the opinion that UFOs are best explained by the extraterrestrial hypothesis (ETH). Coral witnessed several UFOs, the first at the age of nine, another in Arizona during 1947 and another that was seen by over 300 people over the Door Peninsula, Wisconsin USA. Coral and Jim both passed away in the early 80's.

    Coral's publications include:

    La grande soucoupe Hoax (1962) en vol
    Soucoupes en vol, l'évidence effrayante de l'invasion de l'espace extra-atmosphérique (1966)
    Ombre d'Unknown (1970)

    Source : http://www.ufoevidence.org/researchers/detail18.htm



    1ère Observation (1934)

    Un jour chaud et ensoleillé de l'Eté 1934, Coral Lightner, Barbara Stringer et Dorothy Wethern jouent à la marelle sur le trottoir de l'Ecole Ward à Barron (Wisconsin). Coral finit son tour et fait face à l'Ouest lorsqu'un mouvement dans le ciel capte son attention. Elle regarde en haut et voit ce qui semble être un parachute se déplaçant vers le Nord. Lorsquelle attire l'attention de ses caramades sur l'objet, une d'entre elles dit que cela ressemble à un parachute et se remet à jouer. Mais il n'avait aucun filins, dit Coral, qui regarde la chose jusqu'à ce qu'elle disparaissent à l'horizon au Nord-Ouest. Intriguée, elle ne compte pas en rester là. Le soir elle raconte ce qu'elle a vu à son père qui est si impressionné par son récit et sa stupéfaction qu'il fait des recherches le lendemain. Un pilote est-il tombé sur le comté de Barron ? Non.

    En 1937, au cabinet de Harry Schlomovitz, le médecin de famille, pour un examen ophtalmologique de routine (elle est astigmate), elle lui parle de son observation. Il lui dit alors posséder des livres — de Charles Fort — qui pourraient l'aider à trouver une réponse à l'énigme de son observation, et lui les prête. Le jour suivant elle commence à les lire et acquiert la conviction que ce qu'elle a vu a déjà été vu auparavant par beaucoup d'autres personnes.

    Intelligente, organisée, perceptive, elle aquiert vite une bonne quantité de connaissance techniques, en astronomie par exemple.
    Elle épouse L. James Lorenzen. Pendant la 2nde guerre mondiale, elle travaille sur un tour dans un chantier naval et participe à la construction d'avions chez Douglas Aircraft.
    Ils s'installent à Douglas (Arizona).

    2ème observation (1947)

    Le 10 Juin 1947, Coral est assise sur le porche arrière de leur appartement, observant le ciel du Sud à l'affut de météores, quand elle voit soudain une lumière apparaître sur le versant d'une montagne et apparemment au Mexique (Douglas et Agua Priesta au Mexique partagent une vallée entourée de montagnes). Elle racontera cette observation : Je ne sais plus exactement quelle heure il était mais ce que j'ai vu était incroyable [23 h ?] Cela devint une toute petite boule de lumière, puis partit soudain dans le ciel, disparaissant finalement presque au zénith. Elle estime la durée de son observation entre 6 et 10 secondes. Il ont leur fille Leslie.

    Deux semaines plus tard, Kenneth Arnold fait son observation historique, donnant naissance au terme "soucoupes volantes". Coral note déjà peu de gens remarquent que 9 disques argentés semblables à ceux d'Arnold sont aussi vu par des mineurs en divers endroit de la région de Bisbee (Arizona). Coral découpe les articles, collecte des rapports.

    A partir de 1949 le couple vit à Los Angeles (Californie) et y ont l'opportunité de rencontrer George Adamski. Les Lorenzen le trouvent très agréable mais ne lui accordent pas grande crédibilité : Une fois, il a parlé plusieurs fois de laLune comme une planète, se souvient Coral.

    C'est à cette époque que Coral a son fils Larry.
    Sturgeon Bay (1951-1953)

    En Août 1951 déménage à Sturgeon Bay (Wisconsin), où son mari a obtenu un poste d'ingénieur dans une station de radio. Toujours passionnée, Coral envisage de créer un groupe d'étude des soucoupes volantes. A l'Automne, travaillant comme correspondante locale pour la Green Bay Press-Gazette, elle publie quelques articles sur le sujet et est surprise de la quantité de courrier qu'elle reçoit en réponse. Ses listes de correspondance sur les soucoupes sont de plus en plus populaires, et comme Keyhoe, elle pense que l'USAF tente de dissimuler ce qui est un phénomène majeur. Elle commence à acquérir une réputation d'experte locale sur les soucoupes. Les rapports arrivent bientôt à elle de tout le Wisconsin.

    APRO (1952-1988)



    En Janvier 1952, elle se décide finalement avec Jim à mettre en place ce qui est d'abord un groupe de correspondance permettant de recenser les cas pour centraliser leurs informations. Ayant toujours détesté le terme "soucoupe volante", elle évite scrupuleusement de l'utiliser quand elle choisit le nom de Aerial Phenomena Research Organization (APRO). Elle écrit ce mois-là à toutes les personnes qu'elle a rencontré au cours des années précédentes pour les informer de son projet. 50 personnes répondent, dont plusieurs de Sturgeon Bay.

    En Avril, les principaux articles sur les ovnis dans Time et Life renforcent ses convictions que l'USAF est préoccupée par quelque chose de significatif derrière les activités des soucoupes volantes, et elle pense qu'une structure peut se dégager pour expliquer ce qui se passe.



    Le premier "bureau" de l'APRO est une antique table à pieds de griffon dans le salon des Lorenzen. Leur seul équipement est une machine à écrire portative et des boîtes à fiches dans lesquelles ils rangent les cas. Coral commence juste à faire connaître son travail en tant que rédactrice indépendante et est également correspondante pour un journal non local.

    3ème observation

    Leur premier cas conséquent est celui du 21 Mai, au comté de Door, dans la Péninsule du Wisconsin, ou des centaines de personnes, dont Coral, voient un ovni pendant une durée considérable. L'observation ne pourra être expliquée.

    Après la publication de son 1er livre, Coral décide d'en écrire un autre sur ce qui est pour elle l'aspect le plus fascinant du phénomène - les signalements d'ovnis ayant atterri et de leurs occupants. Les occupants des soucoupes volantes est ainsi publié en 1967, grâce aux efforts des 2 Lorenzens.

    Malade, Coral meurt en 1988.

    Auteur de :

    -The great flying saucer hoax, 1962
    réédité Flying Saucers - The startling evidence of the invasion from outer space, Signet Books, 1966
    -Flying saucer occupants, 1967
    avec Jim Lorenzen, UFO's over the Americas, Signet Books, 1968 - Regard plus approfondi sur les preuves d'ovnis et forte focalisation sur le rôle du gouvernement dans les premières recherches sur les ovnis, avec des exemples de l'implication de l'USAF et la CIA

    -The Shadow of the Unknown, Mystic/New American Library, New York, 1970

    Références :

    UFX, The sturgeon bay incident
    Ruhl, Dick, A history of APRO, Official UFO Page 25, vol. 1, n° 5, janvier 1976

    Source :http://www.rr0.org/LorenzenCoralE.html

    L'APRO :


    Crash d'OVNI à Ubatuba, Brésil 1957:
    Un des rare cas d'un crash d'OVNI avec traces physique est celui de l'accident qui s'est produit sur la plage d'Ubatuba au Brésil le 14 septembre 1957.

    LE RECIT:

    L'histoire a commencé quand Ibrahim Sued, un journaliste de O Globo (un grand quotidien Brésilien), a reçu une lettre le 13 Septembre 1957. La lettre était signée mais la signature était illisible. Cellle ci indiquait:

    "En tant que lecteur fidèle de vos colonnes et votre admirateur, je souhaite vous communiquer des infromations du plus haut intérêt pour un homme de presse, au sujet des sooucoupes volantes. Si vous croyez qu'elles existent, naturellement. Je n'ai jamais rien cru de ce qui a été dit ou édité à ce sujet. Mais il y a juste quelques jours j'ai été forcé de changer d'avis. Je pêchais avec quelques amis, à un endroit près de la ville d'Ubatuba, Sao Paulo, quand j'ai aperçu un disque volant. Il a approché la plage à une vitesse incroyable et un accident, c.-à-d. un crash dans la mer semblait imminent. Au dernier moment, cependant, alors qu'il allait presque frapper les eaux, il a effectué un virage serré vers le haut et s'est élevé rapidement avec une impulsion fantastique. Nous avons suivi le spectacle de nos yeux, stupéfaits, quand nous avons vu le disque éclater en flammes. Il s'est désagrégé en milliers de fragments ardents, qui sont tombés en miroitant avec des éclats magnifiques.

    Celà ressemblait à un feu d'artifice, en dépit de l'heure de l'accident, à midi. La plupart de ces fragments, presque tous, sont tombés dans la mer. Mais un certain nombre de petits morceaux sont tombés près de la plage et nous avons pris une grande quantité de ce matériel, qui était aussi léger que le papier. Je vous envoye un petit échantillon. Je ne sais pas en on devrait avoir confiance pour l'analyse, je ne sais pas à qui les envoyer. Je n'ai jamais entendu parler de récupération de soucoupe volante, ou des fragments ou des pièces d'une soucoupe qui auraient été trouvés."







    Deux des trois échantillons furent envoyés à l'APRO, tandis que le troisième fut conservé par l'ufologue Brésilien le Docteur Olavo Fontes pour étude approfondie.

    Les trois échantillons ressemblaient à des morceaux de métal irréguliers et fortement oxydés, de couleur gris blanchâtre mat.
    Le premier échantillon a été examiné aux laboratoires de production de minéraux du ministère agricole Brésilien. Ils ont appliqué des techniques chimiques, des analyse spectrographique et de rayon X sur le métal. Ces essais ont indiqué que le matériel était en magnésium très pur. Les chimistes ont également noté que tous les oligoéléments normaux prévus dans le magnésium étaient manquant.

    Fontes a épuisé tout son échantillon dans une série d'autres d'essais, qui ont compris une autre recherche conduite aux rayon X, et des recherches de chimiste aux laboratoires d'un départment de géologie, et des fragments furent envoyés aux départements de recherches de d'armée et de la marine brésiliennes. L'armée et la marine ont maintenu les résultats de leurs études secrets.

    Source :http://ufologie.net/htm/ubatuba57f.htm

    FPRIVATE "TYPE=PICT;ALT=Microphotographie d'un "
    Photos provenant de Walter Walker et du Dr. J. Allen Hynek du Center for UFOS Studies.

    A. P. R. O. (1952-1988)



    Sigle de l'Aerial Phenomena Research Organization, association de recherche sur les phénomènes aériens fondée en Janvier 1952 par Coral et James Lorenzen dans le but de mettre en place des correspondances, de recenser et de centraliser les informations sur les cas d'ovnis. Ce mois-là, Coral Lorenzen écrit à toutes les personnes qu'elle a rencontré au cours des années précédentes pour les informer de son projet.

    50 personnes répondent, dont plusieurs de Sturgeon Bay.

    Le premier "bureau" de l'APRO est une antique table à pieds de griffon dans le salon des Lorenzen. Leur seul équipement est une machine à écrire portative et des boîtes à fiches dans lesquelles ils rangent les cas. James est actif dans l'organisation mais pas autant qu'il le voudrait, en raison de la nature de son travail.

    Leur premier cas conséquent est celui du 21 Mai, au comté de Door, dans la Péninsule du Wisconsin, ou des centaines de personnes, dont Coral, voient un ovni pendant une durée considérable. L'observation ne pourra être expliquée.

    A cette époque l'APRO compte près de 750 membres. l'activité avait été assez dure. La plupart du temps les 3 $/an de cotisation des membres ne couvraient pas complètement les coûts d'organisation. De nombreuses fois j'ai dû fournir un rouleau de timbres juste pour permettre au courrier de continuer.
    A Alamogordo les Lorenzens recrutent plusieurs personnes du coin impliquées dans divers domaines techniques et des volontaires aidant à gérer la charge de travail au bureau.


    _________________
    avatar
    Pomme golden
    Admin Pro HET Morne plaine elle est foutue!!
    Admin Pro HET Morne plaine elle est foutue!!

    Féminin
    Nombre de messages : 2213
    Age : 40
    Humeur : A essuyé une tempête dans un verre d'eau sans bouée canard!!
    Date d'inscription : 01/06/2008

    Question Re: Coral Lorenz /APRO

    Message par Pomme golden le Lun 2 Juin - 10:34

    En 1956, Coral quitte Holloman, et ils achètent une nouvelle maison.

    Les Lorenzen veulent attirer les scientifiques. Un jour Coral lit un article au sujet de Frank B. Salisbury, qui expérimente la croissance de diverses plantes sous atmosphère et conditions du sol contrôlées pour simuler celles qui sont imaginées pour Mars. Elle lui écrit et lui fait parvenir une copie de son livre. Quelques jours plus tard elle reçoit un appel de sa part : il a reçu et lu son livre et souhaite s'impliquer dans le domaine des ovnis. Il recommande l'APRO a son collègue James A. Harder, qui rejoint également l'association.

    En 1957 ils convertissent leur garage en bureau pour l'APRO. Au Printemps, Olavo Fontès rejoint l'association, qui fait grossir les dossiers brésilien de l'association avec divers cas des années 1950s.

    Une nouvelle vague arrive à l'automne 1957 et l'APRO et les Lorenzen sont prêts. Eh bien, aussi prêts que chacun l'était, je suppose, dira-t-elle. Après cette vague les choses se calment. Un flux de cas arrive aux Q.-G. de l'organisation, mais rien de comparables aux "vagues" de 1952 et 1957.

    En 1960, James Lorenzen accepte un emploi d'associé technique à l'Observatoire National de Kitt Peak à Tucson (Arizona). Coral écrit dans un livre : Les activités [des ovnis] indiquent que la Terre a été le sujet d'une étude géographique, écologique et biologique accompagnée d'une reconnaissance militaire des défenses terrestres du monde entier.

    En 1964, James et Coral enquêtent sur le cas de Socorro : Jim et moi avions enquêté personellement dessus et connaissions les faits. Nous fûmes les premiers enquêteur sur les lieux et nous avions même battu l'Air Force de plusieurs heures.

    Coral souffre d'une blessure au dos, et James prend en charge les fonctions de directeur et Coral tient le bureau de secrétaire-trésorière, et tous deux sont membres du comité des directeurs.

    En 1965 les observations s'accélèrent, mais les Lorenzen n'ont plus leurs relations comme à Alamogordo. Ce fut comme si l'APRO recommençait de zéro, déclarera James. Réétablir un rapport avec les journaux, la radio et la télévision ne fut pas facile. L'Arizona est un état très conservateur sur bien des sujets et au début des années 1960s les ovnis font partie des sujets délicats.

    A l'Automne 1966, les Lorenzen décident de prendre des vacances nécessaires et prennent contact avec les représentants de l'APRO en Amérique du Sud. Leur voyage d'Août les amène à Caracas (Vénézuela) pendant 30 jours de la vague qui s'y produit, et qui a commencé juste après le tremblement de terre de Juillet et finit juste en Août.

    En tout, les Lorenzens visitent 5 villes d'Amérique du Sud : Lima (Pérou), Santiago (Chili), où ils sont chaque fois très bien reçus, puis Buenos Aires (Argentine), où ils ont la chance de rencontrer et rendre visite au capitaine Omar Pagani de la Marine argentine qui est, à l'époque, responsable de l'unité d'enquête sur les ovnis de la Marine.

    Il emène les Lorenzens au Ministère de la Marine où ils sont autorisés à examiner les dossiers. Ils aussi impressionnés par la qualité des enquêtes menées par Pagani que par les cas eux-mêmes. Ils arrivent ensuite à Rio de Janeiro (Brésil), chez la famille Fontès - un haut point du voyage, qui leur a rendu visite 3 fois dans les années 1960s. C'est une aventure de voir Rio et de parler en longueur de leur sujet favori. Le dernier arrêt est Caracas (Vénézuela), où M. Rolas et Melle Gonzalez les tiennent au courant des derniers cas du pays.

    1966 est aussi une année où l'accroissement des signalements d'ovnis et la pression populaire engendrée poussent l'USAF passe un contrat avec l'Université du Colorado à Boulder pour entreprendre une étude scientifique du phénomène ovni. Nous coopérâmes de toutes les manières que nous pûmes, y compris la copie de 250 de nos meilleurs rapports à soumettre au projet, racontera Coral. Mais nous n'essayâmes pas de les influencer de quelque manière que ce soit ; nous voulions voir une étude complètement objective.

    A l'Automne 1967, l'APRO devient une société, APRO Inc.
    A leur retour aux USA, ils ont accumulé suffisamment de données pour un autre livre et en 1968 la New Americain Library publie sous l'impression Signet UFOs Over the Americas, qui concentre les cas d'ovnis dans l'hémisphère Ouest.

    L'année suivante deux choses affectent l'APRO de manière considérable. Fontès meurt en Mai. La perte est grande, aussi bien personnellement que professionellement, les familles Lorenzen et Fontès ont grandit ensemble et le médecin a été une partie inestimable du contigent en Amérique du Sud de l'APRO aussi bien qu'un conseiller.

    En Décembre 1968 le représentant péruvien de l'APRO, Richard Greenwell, déménage à Tucson et devient le 1er employé à plein temps de l'APRO, et adjoint de James Lorenzen. Durant les années de l'existence du "Comité Condon" à l'Université du Colorado les chercheurs sur les ovnis gagnent quelque respectabilité et à travers les ouvrages des Lorenzens l'organisation prospère et devient connue de par le monde.

    A la clôture du projet Condon en 1969, les Lorenzens ne sont pas surpris mais très déçus. En particulier lorsqu'il s'agissait de notre partie, dira James. Dans le rapport officiel publié en couverture souple par Bantam Books, le rapport indique qu'aucune étude officielle des ovnis n'a été menée en Amérique du Sud. C'est tout simplement faux. Lorsque Coral et moi revinrent à Tucson depuis l'Amérique du Sud, on nous demanda de venir et Boulder et briefer la commission, ce que nous fîmes. Nous leur racontâmes notre rencontre avec le capitaine Pagani, et leur montrèrent un magazine de Buenos Aires contenant un récit sur Pagani et son projet.

    A un moment durant le briefing de 2 h le magazine disparût et nous ne le revîmes jamais.

    En 1969 l'APRO reçoit le status d'exonéré d'impôts du Internal Revenue Service. Pour la 1ère fois en 18 ans, elle n'est plus située dans la maison des Lorenzen. Depuis 1956 il avait été nécessaire de mettre de côté une pièce pour les archives de l'organisation et lorsque le déménagement fut enfin fait ce fut dans une pièce de bureau d'un petit bâtiment à 3/4 de mile de chez les Lorenzen. Ce n'était pas l'espace de bureau le plus désirable. C'était froid en Hiver et chaud en Eté, dit Coral. Mais c'était tout ce que nous pouvions nous permettre à l'époque.

    Alors en Février 1973 lorsque le propriétaire augmenta le loyer d'un vigoureux 20 $/mois, nous nous sommes mis à la recherche d'un autre bureau. Nous avons trouvé le lieu idéal dans un petit bâtiment à côté du bureau immobilier et l'avont loué pour un peu plus du prix que nous avions payé pour l'ancien lieu qui n'était pas du adéquat. A cette époque, Greenwall, en raison de pressions financières, démissionne de son poste de directeur adjoint ; cependant, il reste membre de l'APRO et fournit son expertise de traducteur espagnol lorsqu'on en a besoin. Le lieu est idéal et les perspectives de l'APRO sont brillantes.

    Lorsqu'arrive la vague de 1973 l'équipe au bureau de l'APRO est prête. Le bureau est présidé de Lundi à Vendredi par Melle Sheila Kudrle, une jeune femme capable. La gestion des membres et des adhésions est traitée par Melle Madeleine Cooper qui, 2 fois/semaine, en faisant des courses au centre ville, récupère les journaux et fait son travail chez elle sur la base du volontariat.

    Melle Elizabeth Darr passe plusieurs heures chaque Samedi au bureau afin que les visiteurs puissent être accompagnés les weekends. Elle et Melle Kudrle sont les seules employés rémunérés. James et Coral travaillent tous deux hors de leur maison qui reste l'adresse postale pour l'organisation. Nous recevons beaucoup de courriers contenant des chèques, des mandats et parfois du liquide. Avec l'augmentation du courrier volé, nous avons pensé judicieux de faire venir le courrier à notre adresse, expliquera Coral.

    James supervises les efforts des représentants locaux dans 47 pays, ainsi que la coordination des travaux du Panel de Conseil Scientifique composé de scientifiques en 4 grandes catégories : sciences biologiques, sciences médicales, sciences physiques et sciences sociales. Coral conserve les comptes de l'organisation, édite le périodique mensuel et dirige les enquêtes.

    Le réseau d'enquêteurs sur le terrain de l'APRO, instituté dès 1969, consiste en 750 individus volontaires pour chasser et enquêter les signalements d'ovnis. Une extension du téléphone du bureau est située chez les Lorenzen pour faciliter un signalement 24 h/24, par des membres comme des enquêteurs sur le terrain.

    Les derniers 23 ans 1/2 ont été une longue et difficile route, confie Lorenzen, mais nous sommes à un tournant. Chaque fois qu'une concentration de rapports prend place, les gens savent qui appeler. Alors qu'il y a des années de cela nous dépendions de coupures de presse pour le contenu du Bulletin, nous donnons aujourd'hui les rapports précautionneusement documentés récoltés par des enquêteurs sur le terrain compétents.

    Notre périodique mensuel, l'APRO Bulletin, n'est pas que le produit de nos efforts. En ce moment, notre directeur des relations publiques, Hal Starr, distribue des bandes audio des derniers cas d'ovnis et de commentaires pertinents aux stations de radio abonnées des USA et du Canada. Des consultants et enseignants parmi les membres répondent au nombre submergeant de demandes d'information à utiliser pour enseigner le sujet, et sont engagés dans le projet de les rassembler dans un guide pour instructeurs intéressés à enseigner les ovnis.

    Ce ne sera pas une tentative de promulger des "faits" dogmatiques sur les soucoupes volantes, mais plutôt d'utiliser le sujet avec ses nombreuses facettes périphériques pour promouvoir la réflexion critique, confie Coral.

    A West Grape Drive occupée au Nord-Est de Tucson, chaque jour de la semaine des volontaires postent des cas, remplissent, etc. dans une atmosphère amicale mais travailleuse. Chaque mois, lorsqu'il est temps d'envoyer les plus de 3500 Bulletins aux membres, un foule de 12 à 20 volontaires se montrent au bureau après dîner et commence la tâche de pliage, timbrage et empaquetage. A l'arrière du bureau une grande urne de café et de beignets frais attend les travailleurs lorsqu'ils sentent qu'ils ont besoin d'un en-cas.

    L'APRO compte plus de 45 conseillers scientifiques dans le monde entier, dont Olavo Fontès au Brésil, qui récupéra plusieurs débris d'un crash d'ovni près de la plage d'Ubatuba le 12 septembre 1957, Bruce Maccabee, Leo Sprinkle, James Harder ou David Saunders.

    L'APRO à enquêté sur de nombreux cas, dont celui de :

    la disparition de Jerry Irwin en 1959
    le crash d'Ubatuba, ou
    la rencontre de Soccorro en 1964 : En fait, dit Coral, nous sommes sur la bonne voie pour déterminer le poids approximatif de l'objet qui a atterri à Socorro (Nouveau Mexique) le 24 Avril 1964. Jim et moi avons enquêté personnellement sur ce cas, obtenu les mesures, arrangement et profondeur des impressions, et les échantillons de sol récemment obtenus sont maintenant dans les mains de M. Martin. Je pense que les résultats de ces tests mettront à plat une fois pour toute les rumeurs selon lesquelles le cas de Socorro était un canular ou le résultat d'un phénomène naturel.

    cas d'occupants de Pascagoula (Mississippi) qui eut lieu entre 21 h et 22 h le 11 Octobre 1973 : Jim était à l'extérieur pour un rendez-vous de travail, se souvient Coral. Vers 10 h le 12 Octobre j'ai reçu un appel de Louis Daugherty, un membre du comité de direction de l'APRO, qui avait entendu à la radio un rapport de l'événement et qui nota les noms. Cela lui a semblé légitime et il a alors immédiatement passé un appel au bureau des sheriffs à Pascagoula.

    Après avoir parlé avec un adjoint pendant 5 mn environ j'ai été impressionné par ses réactions aux déclarations de Hickson et Parker et ai décidé de consulrer le docteur James A. Harder, directeur de recherches à l'APRO. Je voulais avoir un physicien ou un ingénieur ainsi qu'un psychologue immédiatement sur les lieux, le dernier pour utiliser l'hypnose pour obtenir toute information qui pourrait avoir été oubliée ou refoulée. (...)

    Aucun de nos psychiatres ou psychologues ne put faire le voyage à cette époque, et j'ai donc passé un appel au docteur Harder. Je me suis souvenue qu'il était un hypnoticien certifié et il correspondant donc exactement au besoin. Quelques minutes après que j'aie raccroché il rappela pour me donner son planning. Il était sur un vol à 13 h 25 cet après-midi là et sur Samedi, le 13 il appela avec son rapport initial. Les reste est de l'histoire.

    L'APRO put récemment exploiter les services de leur consultant en métallurgie, le docteur Walter W. Walker, ainsi qu'une consultant en psychologie, le docteur Leo Sprinkle, dans l'enquête sur le cas Carl Higdon à Rawlins (Wyoming). Higdon a déclaré avoir en Octobre 1976 tiré sur un élan et avoir vu la balle sortir du fusil, se déplacer sur 50 pieds, puis comme si elle frappait une barrière invisible, tomber au sol.

    Juste après, raconte Higdon, il parla avec un homme apparut étrangement et monta à bord d'un aéronef étrange. En utilisant des techniques hypnotiques, Sprinkle fut obtenir beaucoup plus d'informations de Higdon qu'il ne pouvait s'en souvenir. L'examen de l'enveloppe de la balle par le docteur Walker ne révéla aucune substance étrangère mais seulement que l'enveloppe était très mangled, the lead slug missing, ce qui indiquait qu'elle avait percuté quelque chose d'extrêmement dur avec une grande force.

    L'APRO rédige Procédures recommandées pour les enquêteurs sur le terrain, un guide imprimé de 20 pages qui décrit les méthodes suggérées pour l'enquête sur les signalements d'ovnis.
    Un rapport est produit d'une manière parmi de nombreuses autres. A l'automne 1973 les Q.-G. de l'APRO fournissent aux enquêteurs sur le terrain des autocollants portant les nom et adresse de l'APRO qu'ils distribuent dans les bureaux des forces de l'ordre l'état, du comté et de la ville, les stations de radio et télévision, les bureaux de journaux, les aéroports et les observatoires dans toute l'Amérique du Nord. Ces autocollants portent le numéro de téléphone de l'enquêteur sur le terrain local responsable de la vérification des rapports reçus de sources locales.

    Lorsque a tip arrive directement au Q.-G, Coral choisit un enquêteur sur le terrain parmi plus de 750 dans les fichiers et le ou la prévient par lettre par avion ou téléphone, en fonction de l'urgence du rapport. Utilisant ses procédures recommandées et le formulaire détaillée de signalement d'ovni, l'enquêteur interroge le(s) témoin(s), recolte les indices physiques disponibles et transmet les formulaires complétés et autres éléments au Q.-G..

    Les rapports sont examinés par les Lorenzens, puis transmis au consultant scientifique spécifique dont l'expertise est requise. L'ensemble des rapports finit par revenir au Q.-G. de l'APRO pour être classé. Finalement, les résultats finaux de l'enquête sont publiés dans le périodique mensuel de l'organisation, l'APRO Bulletin Source : http://www.rr0.org/APRO.html


    _________________

      La date/heure actuelle est Dim 24 Sep - 9:46